Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Contact : 06.23.41.87.06
de 09h à 18h du lundi au vendredi
tourisme vins vallée du rhône

Oenotourisme : Vignerons en bio en vallée-du-rhône

LES  ACCOLES

Insérez ici un couplet sur les vieilles vignes (avec lesquelles on fait les meilleures soupes, pardon, vins). Miocène offre un nez fruité, cela va sans dire, plutôt fraise écrasée, et une touche minérale qui donne du peps. En bouche, les fraises sont rejointes par des cerises à noyau, ce dernier bien présent : ce sont les tanins qui se pointent, bienvenus. Changez les choses avec des bouquets de roses, murmure Miocène. C’est une fort… [En savoir +]

L’ALEZAN

Le vigneron ou la vigneronne doit parfois composer avec des animaux gloutons. Dans le cas présent, les sangliers friands de raisin qui expliquent le joli nom de Rescapée, et sans doute l’inspiration de Patricia pour l’étiquette : les mains qui protègent, réparent et consolent. Le nez complexe révèle des fruits noirs, un soupçon de tabac, un peu de torréfaction. En bouche, la syrah s’exprime franchement, épicée et pleine. On prendra plaisir… [En savoir +]

PIERRE  ANDRÉ

L’automne est là : cette noisette de chevreuil, exquisément fondante vous fait de l’oeil ? Alors, servez-la avec le Clin d’oeil ! Le chevreuil rôtit tranquillement et du verre montent des arômes de fruits noirs, d’épices, de fumée, d’olives noires. Sacrément séduisant en bouche, il joue des mêmes notes : les tanins sont là, fermes mais élégants. C’est une belle bouteille de repas, qu’on prendra soin de mettre en carafe une paire d’heure avant de… [En savoir +]

BALAZU  DES  VAUSSIÈRES

Au premier temps de la valse, timide, le fruit peine à sortir du verre. Puis un peu d’air et il se déploie. Cerise, mûre à souhait, quelques grains de myrtille, un peu de poivre derrière, parfumé. Deuxième temps : la bouche s’offre, toute caressante. Des fruits, noirs intenses. De l’épice encore, plus nette qu’au nez. La danse est alors réellement engagée : la matière est jolie, les tanins très fondus, on prend beaucoup de plaisir à le boire… [En savoir +]

SYLVAIN  BOCK

Le gamay est sans doute le cépage qui se prête le mieux à une foultitude de eux de mots inspirés ou moins. Ici, les plus fins connaisseurs du cinéma belge auront reconnu l’allusion : Sylvain est taquin. Loin, très loin du mauvais goût, son gamay est une friandise. Affriolant, plein de fruits délicats, le nez excite, la langue voudrait bien en tâter. C’est alors qu’on touche à l’essence du vin-plaisir : celui qui déboule sans crier gare, vous… [En savoir +]

Le Joncier

D’abord, on verse le vin dans le verre, et surprise : loin du translucide, c’est une robe or soutenu que l’on découvre. Un peu déstabilisé – mais après ootut on ne va pas s’en laisser conter -, on goûte et là… RE-RE-surprise : les agrumes, de l’amande, du grillé oui mais avec une exquise fraîcheur. C’est un vin blanc étonnant, ravissant même. Il a de la structure,de la personnalité et pas une once de lourdeur. Sa simplicité parfaite le fera se… [En savoir +]

Jérôme Jouret

L’Ivraie de Joret est un vin totalement, absolument, parfaitement abouti. La robe pâle danse et du verre s’exhalent des senteurs de jasmin, poire, acacia. Il est permis d’y goûter : les lèvres rencontrent un jus ensorcelant. De la poire encore, avec ces fleurs blanches entêtante, mais surtout – et là réside la joie – une allonge pure, minérale qui rappelle à quel point les blancs, dans ce coin d’Ardèche, peuvent être singulièrement attachants… [En savoir +]

Baptiste Nayrand

De cadre dans l’industrie chimique à vigneron le plus naturel possible, le grand écart de Baptiste est admirable. Pourtant, Vésanie, son bébé, en coteaux-du-lyonnais, est un déjà très beau vin ! Le gamay, en vieilles vignes, sur un terroir particulier (moraine glaciaire), s’épanouit : un peu de framboise, de rose pour donner l’envie d’y piocher. En bouche, c’est le fruit rond, joli, qui domine. Souple, généreux, c’est un vin de soif : celui… [En savoir +]

Les Quilles de Joie

Vous avez en tête le tube Lipps Inc. ? Bravo, il risque de ne pas vous quitter de la journée ! Faites un peu tournoyer le vin dans le verre, façon disco. Sentez-moi ce nez de mûre, de myrtille sexy avec un peu de tabac : la fumée des dance floors. La bouche est simple et funky. On y goûte de la cerise, de la fraise des bois, le tout au service d’une rondeur policée et de tanins hyper bien élevés : vous frétillez, vous tapotez du pied… Vous… [En savoir +]

Le Raisin et l’ange

Gilles Azzoni n’est pas du genre à rentrer dans un moule, ou à faire du vin “comme tout le monde”. Lui, il fait comme il le sent. La Frigoula (dérivé de farigoule,le thym en langue du coin) est un rouge de bonheur qu’on peut boire à toute heure. Ce qui fait aimer les vins d’Azzoni, c’est leur côté franc du collier : on y plonge, on y revient. On en oublie de prendre des notes, de disséquer. Juste, pour mettre l’O à la bouche, on signalera… [En savoir +]

Les Frères Soulier

La couleur soutenue laisse déjà présager que ce Coqueyron aura du caractère ! Et le nez est parfait, comme on l’aime. Gourmand, suave, c’est de la cerise qui explose, de la tarte à la fraise de Mamie des dimanches sages, la nostalgie, camarade ! La bouche est pêchue, sans un poil de sucre, juste une présence fruitée-épicée qui se rit des clichés sur les rosés et admettra, avec pas mal de joie, la compagnie d’une épaule d’agneau… [En savoir +]

Valentin Valles

Le busard est un sacré piaf : reconnaissable à son vol chaloupé, c’est un rapace gracieux. Comme lui, le vin est équilibré. Au pif, c’est la pomme verte qui domine, suivie de chèvrefeuille et de citron jaune. Le busard picote sur la langue : croque la pomme, rafraîchissent les agrumes, le tout avec ce frizzante léger qui rend le vin hyper digeste. Il faudra le servir autour de 11° pas plus, pour profiter à fond de son extrême… [En savoir +]

© Balades oenologiques | Tourisme et vins | Oenotourisme