07.71.58.40.93 ou 07.50.58.84.53
de 10h à 18h du lundi au vendredi
oenotourisme tourisme et vins

Il convient de garder à l’esprit quelques données fondamentales, et en tout premier lieu celle-ci : la Californie occupe 411.000 kilomètres carrés, c’est à dire une superficie égale aux trois quarts de celle de la France continentale. La vigne est implantée dans 47 des 58 “counties” (traduisez : cantons, encore que la taille de chaque canton soit en général supérieure à celle d’un de nos départements). Le vignoble californien occupe 135.000 hectares répartis du nord au sud sur plus de 700 miles. Avec une production de 15 millions d’hectolitres, il s’avère être le sixième producteur mondial.

Le rendement moyen dépassant 100 hl/ha, on se doute que la qualité d’ensemble ne peut pas être élevée.
Circonstance aggravante, la densité de plantation étant nettement plus faible qu’en France, chaque pied de vigne est beaucoup plus sollicité.
L’irrigation est pratique courante dans nombre de cantons : non seulement par aspersion pour conjurer les gelées de printemps, comme cela se fait ailleurs, mais aussi au goutte à goutte pour lutter contre la sécheresse.

Gigantisme et productivité sont donc les traits les plus saillants d’un tableau par ailleurs très contrasté : si la majeure partie du vin produit ici est d’une médiocrité affligeante, quelques vins figurent parmi les meilleurs du monde.

Le vignoble est en proie à une diversité d’influences climatiques, et le climat est dû non pas tant à la latitude qu’à la topographie : Océan Pacifique, Vallée Centrale, et Sierra Nevada, combinent leurs influences pour créer des climats régionaux très différents; et les multiples accidents géographiques -lacs, vallées, monts- ajoutent à la diversité, suscitant une multitude de climats locaux.

Cette diversité permet, selon les endroits, d’employer des cépages de Bourgogne, de Bordeaux, des Côtes du Rhône, d’Italie, d’Allemagne, ou au contraire du sud de l’Espagne.
La fraîcheur de certains secteurs leur permet de faire des Riesling à l’allemande, et des mousseux qui cherchent à concurrencer les vins de Champagne.
D’autres bénéficient d’un climat relativement proche de celui de Bordeaux. Meritage désigne un assemblage de style Bordeaux. L’élaboration de ces vins est une pratique qui se développe mais demeure rare.
Dans la plupart des régions vinicoles de Californie, le climat est proche de celui des Côtes du Rhône ou de l’Italie du Nord. La prise de conscience est très récente, aussi implante-t-on maintenant de plus en plus de cépages convenant à de tels climats.

La Californie, quoique capable de faire d’excellents vins, en est cependant encore à rechercher l’adéquation terroir / cépage.
L’Université Davis, qui est l’une des meilleures écoles viticoles du monde, a défini la notion de degrés-jours en tant que première approche dans cette recherche.

+---La notion de degrés-jours-----------------------------------------+

A un endroit donné, on mesure la température moyenne quotidienne pendant toute la durée de la saison de croissance du raisin. Chaque jour, on garde le nombre de degrés Fahrenheit au-dessus de 50°F : un jour dont la température moyenne est de 65°F apporte 15 degrés-jours. D’après le total observé au cours de la saison viticole, l’Université Davis distingue 5 types de régions :

  • Moins de 2.500 degrés-jours : c’est une région de type I, dont la fraîcheur est considérée adéquate pour la culture du riesling et des cépages pour vins effervescents.
  • De 2.500 à 3.000 degrés-jours, il s’agit d’une région de type 2, considérée adéquate aux cabernet sauvignon, chardonnay, sauvignon, et merlot.
  • Entre 3.000 et 3.500 degrés-jours, on a affaire à une région de type 3, un peu chaude pour la plupart des cépages de qualité, mais convenant aux zinfandel, syrah, petite syrah, et chenin blanc.
  • Les régions de types 4 (jusqu’à 4.000 degrés-jours) et 5 (au-delà de 4.000 degrés-jours), trop chaudes pour produire du vin de qualité, contiennent cependant la majeure partie du vignoble californien, et fournissent les gros bataillons.

 

+----------------------------------------------------------------------------+

Cela étant, les Californiens sont bien conscients du caractère rudimentaire de cette notion, qui ignore complètement les variations de température entre le jour et la nuit, comme la répartition de la chaleur au cours de la saison, et qui permet d’assimiler des régions au climat continental rigoureux et des régions plus tempérées. En outre, chaque cépage a son cycle végétatif propre, et ce qui convient bien à l’un ne convient pas nécessairement à l’autre.

AVAs de Californie :

Comme ailleurs aux USA, la délimitation des A.V.A. (American Viticultural Areas) est en cours. Il en existe 68, et quelques autres sont à l’étude.

  • Alexander Valley
  • Altas Peak
  • Anderson Valley
  • Arroyo Grand Valley
  • Arroyo Seco
  • Ben Lomond Mountain
  • Benmore Valley
  • California Shenandoah Valley
  • Carmel Valley
  • Central Coast
  • Chalk Hill
  • Chalone
  • Cienega Valley
  • Clarksburg
  • Clear Lake
  • Cole Ranch
  • Dry Creek Valley
  • Dunnigan Hills
  • Edna Valley
  • El Dorado
  • Fiddletown
  • Guenoc Valley
  • Hames Valley
  • Howell Mountain
  • Knights Valley
  • Lime Kiln Valley
  • Livermore Valley
  • Lodi
  • Los Carneros
  • Madera
  • McDowell Valley
  • Mendocino
  • Merritt Island
  • Monterey
  • Mount Harlan
  • Mount Veeder
  • Napa Valley
  • North Coast
  • North Yuba
  • Northern Sonoma
  • Oakville
  • Pacheco Pass
  • Paicines
  • Paso Robles
  • Potter Valley
  • Russian River Valley
  • Rutherford
  • San Benito
  • San Lucas
  • San Pasqual Valley
  • San Ysidro District
  • Santa Clara Valley
  • Santa Cruz Mountains
  • Santa Lucia Highlands
  • Santa Maria Valley
  • Santa Ynez Valley
  • Seiad Valley
  • Sierra Foothills
  • Solano County Green River
  • Sonoma Coast
  • Sonoma County Green River
  • Sonoma Mountain
  • Sonoma Valley
  • South Coast
  • Spring Mountain
  • Stags leap District
  • Suisun Valley
  • Temecula
  • Wild Horse Valley
  • Willow Creek
  • York Mountain

Mais les AVAs ne définissent ni les cépages autorisés, ni les méthodes viticoles, ni les règles de vinification. Il serait donc tout à fait prématuré de s’en servir de guide pour les styles… Connaissant le type de région auquel l’AVA appartient, on peut cependant en déduire quels vins de cépage il vaut mieux rechercher ou éviter.

Qualité des millésimes :

D’une vallée à l’autre, entre des sites parfois séparés par quelques kilomètres seulement, on observe une très grande disparité des conditions climatiques, qui -combinée à la diversité des cépages- rend toute systématisation impossible.
Nous essaierons cependant de donner les traits saillants des millésimes récents pour les sites d’importance majeure que sont les vallées de Napa et de Sonoma.

Sélection de bonnes adresses :

On observe une égale disparité entre les vignerons. Certes, il existe un certain nombre de petits vignerons, et aussi quelques sociétés géantes, mais les meilleurs résultats sont dûs à des entreprises de taille moyenne. Sur le millier de caves vinificatrices que comptent les USA, la Californie en abrite près de 800.

Dans la suite de ce chapitre, l’essentiel sera consacré à l’identification des vinificateurs jouissant de la meilleure réputation, en se rappelant toutefois que tout peut changer très vite ici.
Pour s’en convaincre, il suffit d’observer l’évolution des Cabernet Sauvignon qui étaient réputés les meilleurs en 1982.
En 1982, un sondage réalisé par le journal Liquor Store auprès de vignerons et de restaurateurs révéla le “classement” suivant. Entre crochets, leur classement actuel d’après “The new connoisseurs’ handbook of California Wines”, selon l’échelle suivante :

  1. exceptionnel
  2. admirable
  3. bon
  4. moyen

NC signifie que le vin ne figure plus sur cette échelle.

Vins classés Premiers Crus en 1982 :

  • Robert Mondavi Reserve
  • Ch. Montelena
  • Sterling Reserve
  • Beaulieu Private Reserve
  • Chappellet
  • Heitz Martha’s Vineyard
    Dans les années 70, ce vin était à la hauteur des Premiers Crus de Bordeaux. 1985 a cependant été, et est encore, un très grand vin.
  • Mayacamas
  • Stag’s Leap Wine Cellars Reserve
    La qualité de ce vin -auteur de la surprise de 1976- n’a pas cessé de se dégrader au fil des années.

Vins classés Seconds Crus en 1982 :

  • Caymus Special Selection
  • Ridge Monte Bello
  • Burgess Vintage Selection
  • Diamond Creek Red Rock Terrace
  • Joseph Phelps Insignia
  • Clos du Val
  • Diamond Creek Volcanic Hill
  • Jordan
  • Robert Mondavi
  • Villa Mount Eden
  • Ridge York Creek
  • Spring Mountain
  • Trefethen

Bien évidemment, il ne s’agit que d’une photographie partielle, réduite aux seuls Cabernet. Mais on pourrait illustrer la rapidité d’évolution par de nombreux autres exemples :

  • vignobles qui changent de mains,
  • évolution de l’encépagement,
  • caves réputées qui n’ont pas su se maintenir au premier rang,
  • cas de dégradation de la qualité du vin au fil des millésimes, sans que l’on sache encore si la faute incombe au vigneron ou s’il faut l’imputer à une évolution défavorable de la vigne.

Nombre de domaines créés dans les années 80 font aujourd’hui des vins aussi bons, voire meilleurs que certains cités ci-dessus. Nul doute qu’un tel sondage réalisé aujourd’hui révèlerait un classement très différent.

Prix des vins :

Bien que les meilleurs vins ne soient pas toujours les plus coûteux, il est intéressant d’observer les prix pratiqués.
Le classement sur l’échelle de “The new connoisseurs’ handbook of California Wines” est indiqué entre crochets lorsqu’il y a lieu (le sémillon n’est pas classé).

En ce qui concerne les plus coûteux, il convient de distinguer :

  • des vins hors normes, tels que vendanges tardives
    • 50$ pour un Sémillon Napa 89 de Swanson Vineyards,
    • 99$ pour le Sémillon Dolce 90 de Far Niente Winery,
  • un certain nombre de Red Meritage
    • 45$ le Napa 90 de M. Coz
    • 48$ le Napa Reserve 88 du Clos du Val,
    • 48$ le Napa 88 de Maya,
    • 50$ le Cardinale 88 de Kendall-Jackson,
    • 69$ le Napa 89 d’Opus One,
  • puis des Cabernet Sauvignon Reserve, vins vieillis en fût, de longue garde :
    • 40$ le Napa de Mondavi,
    • 40$ le Stag’s Leap Reserve de Silverado Vineyards,
    • 45$ le Napa de Beringer,
    • 54$ le Santa Cruz Mountains de Kathryn Kennedy Winery,
    • 80$ le Sonoma 88 du Château Saint-Jean.

 

  • mais l’exemple le plus étonnant, propre à faire pâlir de jalousie plus d’un producteur de Chassagne-Montrachet, est sans doute celui du Chardonnay “Robert Young Vineyard” du Château Saint-Jean : 42$.

 

Essayons de généraliser un peu. Voici, par cépage ou type de vin, les moyennes (et fourchettes) observées en 1993. Les chiffres donnés concernent les 10 à 12 vins ayant reçu le plus grand nombre de récompenses au cours des compétitions organisées par 9 des principales foires américaines. Ce qui ne signifie pas que ce sont les meilleurs, ni les plus coûteux, d’autant que certaines compétitions opposent les vins par tranches de prix.

Plusieurs remarques s’imposent :

  • le prix relativement plus élevé des moelleux et liquoreux (riesling et sémillon) est évidemment dû aux vendanges tardives;
  • au contraire, le prix très faible du chenin s’explique par le fait que le chenin ne réussit pas aussi bien ici -tant s’en faut- qu’en Anjou;
  • le zinfandel bat plusieurs autres vins : en effet, des réussites exceptionnelles sont obtenues avec ce cépage dans plusieurs terroirs de Californie; et c’est probablement le zinfandel qui procure les meilleurs rapports qualité/prix des USA;
  • les mousseux n’ont pas la réputation des Champagne
  • deux surprises : le pinot blanc plus coûteux que riesling et gewurztraminer; et surtout, la position de la petite syrah;
  • l’étroitesse de la fourchette en syrah a de quoi étonner, surtout sachant que les vins les plus primés sur lesquels ces chiffres sont établis viennent de régions aussi différentes que Sonoma, Monterey, Paso Robles, Santa Barbara, Contra Costa, Mendocino, etc.

Table 1. Prix des vins les plus médaillés
Prix des vins ($) Moyen Min-Max
chenin blanc 6 4 – 7,5
zinfandel blanc
(la plupart 10-15$)
6,75 4,5 – 14
riesling sec 8 5,5 – 10
gewurztraminer 9 5,5 – 12
pinot blanc 10 7 – 13
sémillon sec 10 6,5 – 13,5
sauvignon blanc 10 6,5 – 18
zinfandel rouge 11 8 – 15
petite syrah (durif) 11,5 9,5 – 15
Meritage blanc 13 7 – 18
syrah 13 11 – 14,5
merlot
(les meilleurs 15-25$)
13,5 6 – 20
cabernet franc 14 10 – 18
mousseux
(les meilleurs 12-25$)
14,5 5,5 – 20
cabernet sauvignon
(les meilleurs 25-65$)
16 10 – 22
chardonnay 17 10 – 25
riesling moelleux 17 6,5 – 29
pinot noir
(les meilleurs 15-35$)
18 10 – 32
Meritage rouge 22 12 – 35
sémillon moelleux ou liquoreux 32 16 – 50

© Balades oenologiques | Tourisme et vins | Oenotourisme

Rappelez moi
+
Rappelez moi!