Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Contact : 06.23.41.87.06
de 09h à 18h du lundi au vendredi
oenotourisme tourisme et vins

Vins du Liban

Les 19.000 hectares, situés en grande partie dans la plaine de la Bekaa, fournissent essentiellement du raisin de table. Le vin ne compte ici que pour 50.000 hectolitres.

Parmi les bons producteurs :

  • Domaine de Kefraya, connu surtout pour un rouge de cabernet sauvignon, syrah, mourvèdre, et grenache (environ 75F le 82); mais il faut aussi goûter Les Bretèches, fait de cinsault, cabernet, et syrah; et encore Comte de M., assemblage de cabernet et syrah.
  • Et surtout Château Musar. Château Musar est une création des années 30, dans la plaine de la Bekaa au sol argilo-calcaire légèrement graveleux.
    Pour son blanc, le domaine emploie des cépages indigènes : l’obaideh (clone du chardonnay) et merwah (clone de sémillon);
    pour son rouge, le souri (syrah).
    Aujourd’hui, le blanc reste un assemblage obaideh-merwah, dans une proportion de 80-20.
    Tradition est un rouge relativement léger, assemblé à partir de cinsaut pour trois quarts, et cabernet sauvignon pour un quart.
    Le grand vin rouge de Château Musar est un assemblage de cabernet sauvignon et cinsault -à parts égales- plus 2 à 5% de syrah et un doigt de carignan. Rien d’étonnant, donc, si la plupart des millésimes évoquent un Bordeaux, mais certains tirent davantage du côté des Côtes-du-Rhône. On peut aussi le voir comme un cabernet sauvignon / shiraz australien. Corpulent, bien structuré, avec des senteurs de résine et d’épice, il vieillit très bien et se montre à son mieux vers l’âge de 15 ans.

© Balades oenologiques | Tourisme et vins | Oenotourisme