07.71.58.40.93 ou 07.50.58.84.53
de 10h à 18h du lundi au vendredi
oenotourisme tourisme et vins

Aptitude à la garde

En règle générale :

  • les vins de primeur ne se conservent pas au delà du printemps;
  • il n’y a guère d’intérêt à garder un vin de table plus d’un an, car il ne se bonifiera pas avec l’âge; exceptions évidentes : les “super-Toscans” et autres vins de grande qualité qui n’ont pas le droit de porter une appellation d’origine (ou qui ne désirent pas porter l’appellation à laquelle ils ont droit);
  • les Beaujolais, les vins blancs courants, et les rosés, meilleurs dans leur prime jeunesse, déclinent rapidement au-delà de 18 mois.
  • blancs secs, petits rouges : 3 ans maximum;
  • blancs ordinaires de Bourgogne : jusqu’à 3 ou 4 ans;
  • bons crus blancs secs de Bordeaux : jusqu’à 4 ou 5 ans;
  • Bourgogne rouges : 5 à 8 ans (bien davantage pour les grands crus);
  • grands crus blancs de Bourgogne et de Bordeaux, et meilleurs Chenin de Loire : jusqu’à 10 ans.
  • très grands crus rouges de Bordeaux et de Bourgogne : de 15 à 25 ans, ou davantage pour les plus grands dans les meilleurs millésimes;
  • blancs doux, sémillon, vendanges tardives, vin de paille, Vins Doux Naturels rouges : fréquemment plusieurs décennies.

Bien sûr, il ne s’agit là que de règles générales, et chacun pourra vérifier, à l’occasion, que les exceptions sont nombreuses dans le sens d’une garde prolongée; aussi convient-il de ne les appliquer que lorsque l’on ignore la capacité effective de vieillissement d’un vin, et tout particulièrement lorsqu’on est en présence d’un vin de millésime médiocre. Ou encore, lorsque les conditions de stockage ne sont pas entièrement satisfaisantes.

En gardant toujours présente à l’esprit la remarque précédente, voici maintenant un classement des vins en fonction de l’âge moyen de leur apogée.

© Balades oenologiques | Tourisme et vins | Oenotourisme

Rappelez moi
+
Rappelez moi!