Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Contact : 07.71.58.40.93 / 07.50.58.84.53
de 10h à 18h du lundi au vendredi
oenotourisme tourisme et vins

Autres opérations

1 – L’albumine donne un peu de gras aux vins trops secs.

2 – Le soufre était autrefois largement employé dans la lutte anti-bactérienne. Il l’est encore aujourd’hui, sous la forme d’anhydride sulfureux.

3 – Les sulfates : dans certains pays à climat chaud, ils sont introduits sous forme de plâtre (CaSO4, 2 H2O) dans le but de régulariser la fermentation. Au delà de certaines doses, le vin change de qualité et sa consommation peut être dangereuse.

4 – Produits anti-oxydants : ici encore, on emploie de l’anhydride sulfureux.

Tous ces produits sont en vente légale, et certains doivent être accompagnés d’une déclaration auprès des Services de la concurence et de la consommation, car leur emploi est soumis à des règles restrictives. Au contraire, d’autres produits, tels les colorants, sont interdits. La logique en la matière consiste à interdire les produits dangereux pour les consommateurs.
Par exemple, le glycérol peut donner à un vin décharné le gras dont il est dépourvu, avec un goût moelleux; il est donc tentant dans les pays froids (exemple : le scandale du glycol en Autriche).

Sans danger, mais trompeur pour le consommateur, donc interdit : faire un soi-disant millésimé par mélange de vins d’années différentes.

© Balades oenologiques | Tourisme et vins | Oenotourisme