Ontario

Pour la plupart, les 13.000 hectares de la région sont concentrés dans la péninsule du Niagara, au climat relativement tempéré par la présence des grands lacs. Des pluies modérées, un été chaud et un automne prolongé sont des facteurs climatiques favorables à l’obtention de raisins adéquatement mûris.
Les cépages de type labrusca y donnent des rouges légers et, mieux, des blancs secs et frais. Mais ils cèdent progressivement la place au chardonnay et au riesling, ainsi qu’à des hybrides français tels que seyval, maréchal Foch (hybride de pinot noir et gamay), et de Chaunac (qui donne des vins sombres et corsés).

La VQA distingue deux catégories :

  1. désignation provinciale,
  2. et désignation géographique.

Désignation provinciale :
les vins portent la mention “Ontario”. Les vins de cépage doivent contenir au moins 75% du cépage mentionné, et présenter des caractéristiques de ce cépage. Ils sont contrôlés par un groupe d’experts indépendants.

Désignation géographique
Trois aires de l’Ontario ont été délimitées (Designated Viticultural Areas) :

  • Niagara Peninsula
  • Lake Erie North Shore
  • Pelee Island

Les vins de ces trois appellations doivent se conformer aux réglements valables pour la désignation principale. En outre, ils doivent respecter des règles plus contraignantes :

  • provenir uniquement de cépages européens nobles tels que chardonnay, riesling, pinot noir, cabernet sauvignon etc.
  • une teneur minimale en sucre ;
  • au sommet de la hiérarchie, si le vin porte le nom d’un cru, ou si la mention Estate Bottled (mis en bouteilles au domaine) figure sur l’étiquette, VQA spécifie que 100% des raisins viennent de ce vignoble, et qu’ils ont été récoltés à maturité;

Chaque vin VQA a été soumis à dégustation à l’aveugle par des experts agréés par le Bureau de Contrôle des Alcools de l’Ontario. La médaille d’Or de la VQA est la plus haute distinction locale.

Meilleurs producteurs :

  • Stoney Ridge, pour son Chardonnay (15 $Can) et son Dry Riesling floral.
  • Hillebrand Estates, à Niagara-on-the-Lake, pour leur Chardonnay sec et plein, vieilli en chêne; leur Riesling; et leur Vidal Vendanges Tardives (9 $Can la demi-bouteille).
  • Inniskillin, à Niagara Falls
    Chardonnay Reserve; Maréchal Foch; Riesling; Gewurztraminer; Cabernet sauvignon / Merlot. Leur Pinot noir Reserve est le meilleur rouge canadien.
  • Henry of Pelham, à Saint Catharines
    Chardonnay vieilli en fût; Merlot; Riesling.
  • Marynissen, à Niagara-on-the-Lake : Chardonnay, et bon Cabernet Sauvignon “Lot 66”.
  • Cave Spring : Chardonnay, Riesling.

Autres producteurs :

  • Brights & Co, principal producteur canadien, à Niagara Falls, fait un mousseux blanc de chardonnay et pinot noir, et -en petite quantité- un Gewurztraminer.
  • Andres, deuxième producteur, qui possède aussi des vignes en Colombie Britannique, fait des vins ordinaires.
  • Château-Gai, à Niagara Falls, achète le raisin à des viticulteurs locaux, et en tire des vins légers.
  • Jordan, à Twenty Mile Creek, mérite une visite pour son Musée du Vin.
  • Château des Charmes, à Niagara-on-the-Lake, obtient de bons résultats en chardonnay et riesling. Aussi pinot noir, cabernet sauvignon / merlot.
  • Vineland Est. : Riesling demi-doux. Chardonnay.
  • Cartier à Niagara Falls; Colio, à Harrow; Pelee Island Vineyards, Reif, etc.

Vin de glace de l’Ontario :

Le vin de glace ne peut être produit que lors d’hivers très rigoureux. Il a d’ailleurs été découvert accidentellement par des vignerons de Franconie (Allemagne) lors de l’hiver de 1794. En Ontario, de tels hivers surviennent année après année.

On recueille les raisins gelés, par une température qui ne dépasse pas -7°C. Le jus doit être pressé alors que le raisin est encore gelé. Comme le raisin contient 80% d’eau, cette méthode permet d’évacuer la plus grande partie de l’eau, pour ne conserver qu’un jus concentré. Bien évidemment, le vin obtenu est coûteux : de 32 à 50 dollars canadiens la demi-bouteille. Des prix justifiés par :

  • le rendement très faible,
  • les risques encourus par le vigneron : pluies qui engendrent la pourriture, grêle, oiseaux et autres animaux friands de raisin,
  • la difficulté de la vinification (les raisins doivent être traités avant qu’ils ne décongèlent).

Mais le résultat en vaut la peine : un nectar relativement peu alcoolisé, doux comme du miel, aux saveurs de pêche et d’abricot, avec une finale fraîche qui évoque l’orange et nettoie le palais.

Actuellement, avec 20 producteurs, l’Ontario s’affirme comme le premier et meilleur producteur de vins de glace. En 1991, 12 vins de glace de l’Ontario furent présentés à Intervin et tous obtinrent des médailles d’or. Aucun autre vin de glace, d’où qu’il soit, n’obtint de médaille d’or.

Les vins de glace de l’Ontario sont issus de riesling et vidal, et parfois de traminer. L’expérience a montré que le vidal -à la peau épaisse- et le riesling sont les cépages les plus adéquats en Ontario.
Le vin de vidal, en général plus rond et doux que le riesling, peut vieillir de 7 à 10 ans.
Le riesling demande à être attendu plus longtemps, mais pourra vieillir également plus longtemps.

Deux styles commencent à émerger :

  1. Elégance et raffinement, l’accent étant mis sur le fruit et l’acidité. Exemples :
    Cave Spring, Inniskillin, Vineland Estates, Henry of Pelham, et le récent Leblanc Estate.
  2. Un profil fruité plus intense, avec des touches de vanille et de fruits tropicaux (mangue, fruit de la passion). Exemples :
    Stoney Ridge avec son “Riesling Traminer Icewine”, Hillebrand, Reif (riesling, vidal), et Konzelmann (vidal).