Burgenland

Ce pays plat et marécageux autour du lac de Neusiedl, à la frontière hongroise, recèle un vignoble de 16.000 ha.
Le climat automnal, propice à la formation de pourriture noble, permet l’obtention de blancs liquoreux, épicés et puissants : les Ausbruch. Ces vins, qui peuvent être issus de riesling, welschriesling, weissburgunder, müller-thurgau, grüner-veltliner, et muscat Ottonel, se situent entre les Beerenauslesen et les TBA allemands. En général moins sucrés que les Beerenauslesen, ils présentent une certaine affinité avec les Aszú hongrois.
Mais la région ne s’en tient pas exclusivement à des blancs moelleux : elle peut également produire de bons vins rouges, majoritairement issus de blaufränkisch.

Le Burgenland se subdivise en 4 secteurs :

  • au centre, le Mittelburgenland célèbre pour son blaufränkisch tannique et rustique;
  • Neusiedlersee (le lac de Neusiedl), comprenant le Seewinkel à l’est du lac, produit des vins peu acides, à boire jeunes; et surtout des blancs liquoreux parmi les meilleurs; Localités du Seewinkel, Apetlon et Illmitz méritent un détour pour leurs blancs demi-secs ou doux.
  • Südburgenland, au sud, fait de bons rouges et blancs secs;
  • Neusiedlersee-Hügelland, sur la rive occidentale du lac, est renommé pour ses liquoreux, mais fait aussi des blancs secs et des rouges opulents.
    Rust, en particulier, fait un blanc bien sympathique : le Ruster Ausbruch.
    Oggau est également réputé pour ses Ausbruch.
    Mörbisch, centre viticole du Burgenland, a quelques bons blancs doux.

Voir chez Sepp Hold, Alois Kracher, Lenz Moser.