Canada

La vigne canadienne s’étend sur environ 20.000 hectares, dont les deux tiers dans l’Ontario, et le reste en Colombie Britannique, au Québec, et en Nouvelle-Ecosse.
Une partie du produit de cette vigne est utilisée pour élaborer des boissons à base de jus de raisins concentré. Le reste – environ 1 million d’hectolitres – donne quelques vins de liqueur (5%), quelques vins rouges les étés suffisamment chauds, et surtout des blancs tranquilles ou effervescents.

Les premières plantations remontent à 1811, mais la présence initiale de vitis labrusca (son remplacement par les cépages vitis vinifera n’est pas encore achevé), le climat en général défavorable, la prohibition, puis les contraintes imposées à la commercialisation (voir ci-dessous), ont été autant d’inhibiteurs à l’essor viti-vinicole du Canada. Tout espoir d’obtenir des vins de qualité n’est pas cependant pas perdu :

  • le ministère de l’Agriculture d’Ontario a créé la station de recherche du Vineland, où plus de 300 cépages vinifères ont été expérimentés,
  • les techniques de vinification progressent ici comme ailleurs,
  • et surtout le Gouvernement s’est récemment décidé à promouvoir l’image du vin canadien auprès du public, effort qui devrait avoir, par ricochet, une influence positive sur les produits.

En général défavorable, le climat est idéal pour le vin de glace : le vin de glace de l’Ontario s’affirme comme le meilleur du monde !

Contraintes pesant sur la commercialisation :

  • Seuls les vinificateurs eux-mêmes peuvent commercialiser leurs vins.
  • Sauf en Ontario, les vinificateurs ne peuvent vendre leur vin qu’au Bureau de Contrôle des Alcools, lequel détient le monopole de la vente au détail. En Ontario, ils peuvent vendre soit au Bureau de Contrôle, soit directement aux consommateurs, mais dans ce cas par l’intermédiaire d’un nombre limité de magasins gérés en coopérative.

Vintners Quality Alliance :
L’Ontario, la Nouvelle-Ecosse, et la Colombie Britannique ont un système d’appellation d’origine : la VQA (Vintners Quality Alliance).
Pour avoir droit au label VQA, un vin doit être issu à 100% de cépages autorisés, et les raisins doivent provenir exclusivement des zones délimitées. En outre, la VQA impose des taux de sucre minimum.